Connexion
Accueil
.
Translate my forum
.





Bonjour !

Forums


Flux RSS

Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Marque-page social
Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de Une histoire de préventions sur votre site de social bookmarking

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 317
Date d'inscription : 13/01/2014
Voir le profil de l'utilisateurhttp://histoiresincroyables.forumactif.org

Dépendre de la drogue.

le Lun Oct 24 2016, 05:50


Cela pour le plaisir, faire Comme les autres, Pour épater Les copains, faire de nouvelles Expériences, pour défier L’autorité et provoquer les Adultes, par ennui ou solitude, Pour se défouler, pour Combattre la timidité, pour Connaître de nouvelles Sensations, pour oublier ses Problèmes et éviter d’affronter La réalité difficile. C’est ce qui attire vers des Expériences de drogues.
Elle peut modifier une ou Plusieurs fonctions de ton Système nerveux central. Elle agit sur la pensée, les Emotions, les comportements, L’humour.
Parfois elle est mélangée à des Produits dangereux. La drogue Est nocif pour la santé. (Détergent en poudre, vitre Concassée, excréments D’animaux).
Il y a les drogues perturbatrices, Les dépresseurs et les Stimulantes.
Va voir http://www.parlonsdrogue.com
Le corps élimine la drogue entre Une demi-journée et 42 jours Cela dépend du physique de la Personne et de la quantité Ingérée.
Les effets dépendent de la Personne et de la composition De la drogue, le lieu et les Partenaires de consommation
Des effets négatifs : par Moments la personne est Incohérente, elle amplifie ses Emotions. (Tristesse,anxiété, Dépression) : Des pertes De mémoire à court terme, une Modification de l’humeur par la Prise de certaines substances Hallucinogènes et d’alcool. La personne doit alors être mise Au calme, peu éclairé et il faut Attendre que les effets se Dissipent.Obtenir de l’aide d’un Spécialiste.
Une overdose et une dose Excessive de drogue. Les personnes réagissent Différemment selon la nature De la drogue et son état Physique et psychologique et du contexte dans lequel la Personne ne se trouve.Une Surdose peut entraîner la mort
Il faut aussitôt appeler les Urgences il y a danger d’arrêt Respiratoire, lui faire prendre Un bain glacé pas de café ni Dormir. Eviter l’alcool avec les Médicaments et la drogue. Certains mélanges provoquent Des arrêts cardiaques.
Sexuellement elle provoque une Baisse du désir, des problèmes D’érection (H) de lubrification (F) Et une difficulté d’atteindre l’ Orgasme.
Tu as un problème si :
Tu perds beaucoup de temps Pour trouver de la drogue,tu Consomme seul, tu arrêtes tes activités aimées,tu augmentes ta dose pour avoir le même effet qu’au début, tu te ruines pour l’acheter, tu fais du troc Avec des affaires pour l’ Obtenir,tu fais des délits pour t’en procurer.
Tu crois avoir maîtriser ta Consommation mais peu à peu tu dépends d’elle car tu t’habitues à elle et tu augmentes Pour toujours avoir les mêmes effets. Si tu t’arrêtes, tu es en sevrage et tu as des tremblements, des sueurs, des nausées Des vomissements. Tu dépends Aussi psychologiquement, tu ne résistes pas à consommer une ou plusieurs substances, tu sens que tu ne peu plus t’en passer, tu ne consommes pas par plaisir, Tu en as besoin pour le sentir dans ta peau, pour sentir moins Le stress, la peur, la peine, les Angoisses, les situations pénibles. Tu ne maîtrises plus ta prise.
Parles en à quelqu’un de confiance - Notes ce que tu consommes, la fréquence, quand, où, avec qui, comment et pourquoi Fais le bilan et note les avantages et les inconvénients qu’elle te procure. Ta vie est elle plus facile avec la drogue ? Qu’est ce qui peut t’arriver sans elle ? Trouve des trucs pour ralentir ou arrêter ta prise - Fais des activités que tu aimes - Evite les endroits où l’on consomme de la drogue et consulte un spécialiste pour te sortir de là. Dans l’avenir on trouve parfois des jours plus beaux et c’est dommage de les louper.
 

J'adresse une prière à vous tous qui me lisez. vous qui connaissez le problème dont je parle et qui ne sont pas encore tombés dans le piège pour que vous n'y tombiez jamais. vous qui l'ignorez ce problème. vous qui vous en êtes sortis vous qui pouvez mais ne faites rien pour empêcher vous qui les côtoyez mais ne comprenez pas vous qui fermez les yeux, alors qu'il faut agir vous qui profitez de leur détresse, vous vous enrichissez à leur dépend par votre trafic. arrêter ! vie en danger.
 
13 PDF sur la vérité des drogues :
 


 

Top 10 des autoportraits d’un même artiste sous différentes drogues










_________________
Mayanne
avatar
Admin
Messages : 317
Date d'inscription : 13/01/2014
Voir le profil de l'utilisateurhttp://histoiresincroyables.forumactif.org

Re: Dépendre de la drogue.

le Mar Jan 03 2017, 16:10
Drogue - Le fentanyl fait des ravages

Dans les bas-fonds de Vancouver, les sirènes résonnent jour et nuit au coeur de Vancouver, où les secouristes tentent de sauver des usagers de drogue en surdose. Mais ils arrivent souvent trop tard et les morgues sont pleines. En cause: le fentanyl, une drogue plus puissante que l'héroïne, qui inonde la ville depuis des mois.

La métropole de la côte pacifique du Canada, réputée pour sa douceur de vivre, fait face à une crise sanitaire inédite à cause de ce nouvel opiacé synthétique mortel: 128 personnes sont mortes en novembre de surdose au fentanyl en Colombie-Britannique, dont 13 en une seule nuit, un record absolu pour la province.

Les surdoses sont devenues la première cause de mortalité accidentelle au Canada, devant les décès liés aux armes à feu et les accidents de voiture.

"Personne ici n'a décidé de devenir un junkie", affirme Martin Steward, 44 ans. "Quelque chose s'est produit dans la vie de ces gens, au niveau émotionnel, mental ou physique, qui les a menés là où ils sont aujourd'hui", dit-il.

Lui-même usager de cette drogue, il explique ne s'approvisionner que chez des revendeurs fiables et ne jamais se "shooter" seul, pour avoir de l'aide au cas où.

- 'Ils s'en vont... tous morts' -

Martin Steward gère aussi l'un des centres de traitement de Downtown Eastside, un quartier délabré de la ville et épicentre de la crise actuelle.

"De plus en plus de personnes que je connais s'en vont... tous morts de surdose", raconte Mary Mootrey, 59 ans dont 25 passés dans ce quartier où certaines rues autrefois pleines de vie sont désormais dépeuplées.

Downtown Eastside concentre plus des deux tiers des cas de surdose au fentanyl de la ville et l'hôpital St. Paul's a traité plus de 6.000 cas de surdoses cette année, raconte la Dr. Nadia Fairbairn, contre quelques cas par jour auparavant.

Les autorités de Colombie-Britannique ont déclaré l'urgence sanitaire car le fentanyl, ultra-puissant et bon marché - la pilule est vendue 2 dollars (1,40 euro) -, remplace désormais l'héroïne et sert à couper la plupart des stupéfiants vendus sous le manteau.

A Vancouver, les infrastructures de traitement sont saturées et les centres de désintoxication ont des listes d'attente de plusieurs semaines.

- 'La morgue est pleine' -

"Il y a toujours eu un problème, ici", raconte Martin Steward. "Mais maintenant la morgue est pleine".

Downtown Eastside a longtemps accueilli des personnes pauvres ou en détresse, notamment dans des hôtels bon marché. Petit à petit, les consommateurs de drogue ont investi le quartier, comme nombre de personnes atteintes de maladies mentales lorsque la province a fermé ses plus grands établissements psychiatriques sans fournir d'alternative.

"Beaucoup de gens ici sont sous traitement et sont des cibles pour les vendeurs de drogue", explique Neil Arao, responsable d'Insite, un site d'injection sous surveillance.

Au moins 1.200 habitants du quartier ont été diagnostiqués avec une maladie mentale et une addiction, assure-t-il, bien qu'il soit difficile d'obtenir des chiffres officiels.

Insite a dû prolonger ses heures d'ouverture et accueille désormais jusqu'à 700 consommateurs par jour.

Jusque-là, seules une ou deux surdoses étaient à déplorer chaque jour. Mais le chiffre est passé récemment à 15 en moyenne, dit M. Arao.

Les premiers signes de l'arrivée du fentanyl au Canada remontent à 2013, avec le démantèlement d'un laboratoire de transformation de fentanyl à Montréal. Mais la drogue, utilisée pour couper d'autres substances illicites, s'est rapidement propagée à travers tout le pays.

Selon une enquête réalisée par le quotidien Globe and Mail, la majorité des laboratoires clandestins démantelés depuis 2013 se situaient dans l'ouest du Canada, où les taux de morts par surdose aux opiacés sont parmi les plus élevés du pays.

- Made in China -

Pour soulager les hôpitaux et tenter de juguler l'épidémie, une clinique mobile de traitement des surdoses a été installée à Downtown Eastside. Des bénévoles, installés dans des locaux ou des tentes dans le quartier, distribuent des kits de naloxone, une substance injectable qui contre les effets d'une surdose aux opiacés. La province a financé 18.000 kits.

Pour limiter l'arrivée du fentanyl au Canada, les autorités canadiennes ont récemment annoncé vouloir coopérer avec la Chine, d'où proviennent la plupart des opiacés synthétiques bon marché. Mais sur internet, des vendeurs chinois proposent d'envoyer directement des colis discrets contenant du fentanyl par la poste, rendant la tâche des autorités douanières d'autant plus difficile.

Selon M. Steward, bon nombre de vendeurs de drogue ne savent pas eux-mêmes qu'ils vendent du fentanyl, et la plupart des consommateurs ne sont pas en état d'être vigilants.

Les solutions évoquées vont de la dépénalisation des drogues dures à la prescription d'héroïne, en passant par davantage de centres de réhabilitation. Mais à long terme, la réduction du nombre de consommateurs est indispensable, soulignent les experts, et les traitements doivent s'attaquer avant tout aux causes de l'addiction.

Pour l'instant, les autorités tentent tant bien que mal de limiter les surdoses mortelles, mais les perspectives de survie sont limitées si la personne en besoin n'a pas accès à une aide immédiate. Neil Arao précise que le terme de "crise" implique qu'elle aura donc une fin... Mais "je me demande si ce n'est pas devenu la norme", conclut-il.



_________________
Mayanne
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum