Connexion
Accueil
.
Translate my forum
.

Forums




Bonjour !

Forums


Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Mots-clés

zika  

Flux RSS

Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin
Messages : 280
Date d'inscription : 13/01/2014
Voir le profil de l'utilisateurhttp://histoiresincroyables.forumactif.org

Lien établi entre la pollution de l’air et la démence

le Lun Fév 13 2017, 08:21

Photo : the Associated Press/ Andy Wong


Le 20 décembre 2016 à Beijing, en Chine, des femmes marchent dans la rue avec un masque de protection afin de se protéger contre la pollution.

Dans leur quête de trouver un élément déclencheur de la maladie d'Alzheimer et d'autres démences, des chercheurs américains ont trouvé un coupable inattendu : l'air qu'on respire.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Plusieurs maladies liées à la démence, comme l’Alzheimer, sont causées par des facteurs génétiques. Toutefois, notre mode de vie et notre environnement immédiat jouent aussi un rôle important.

Il est difficile d’associer un élément déclencheur spécifique aux dommages du cerveau dans les cas de démence. Ces facteurs sont nombreux, mais les identifier avec précision permettrait d’intervenir de façon préventive et efficace.

En concentrant ses efforts sur les causes environnementales, une équipe de chercheurs californiens a fait une observation surprenante : il y aurait un lien entre la pollution de l’air et les cas de démence. Leurs résultats ont été publiés dans le journal Translational Psychiatry.

À lire aussi :

80 % des citadins respirent de l'air pollué
La pollution atmosphérique causerait 6,5 millions de décès dans le monde
Notre compréhension de l'alzheimer est-elle à revoir?

Des risques inégaux

Ces risques proviennent de particules ultrafines dans l’air, des particules dont la taille est inférieure à 2,5 micromètres. Ces dernières proviennent de tous les types de combustion et sont déjà connues pour leur rôle dans l’asthme ou le cancer.

Les chercheurs ont remarqué que vivre à un endroit où la concentration de microparticules est plus élevée que les normes de l’Agence de protection de l’environnement américaine (EPA) doublerait les risques de démence chez les femmes âgées. Les chercheurs se sont concentrés sur les femmes, car plusieurs études montrent qu’en vieillissant, elles sont plus susceptibles que les hommes de développer différents types de démences.

En prenant en compte les conditions socioéconomiques des personnes étudiées, on croit que cette pollution de l’air pourrait être responsable de 21 % des cas de démence dans le monde. Habiter une région où l’air est pollué, près d’une autoroute par exemple, augmente le risque de démence de 92 %.

Il y a pire. Pour les personnes porteuses du gène APOE4, un des plus gros facteurs de risques génétiques pour l’Alzheimer, les probabilités de développer un problème de démence augmentent de 295 % en vivant dans une zone polluée. Cela représente presque quatre fois plus de risques.

Des dangers micrométriques… mais contrôlables!

Comment cette sorte de particule entraîne-t-elle des dommages? Pour le comprendre, les chercheurs se sont tournés vers l’étude animale. Après avoir prélevé des échantillons d’air dans les zones au-dessus des normes de l’EPA, ils en ont envoyé le contenu dans les cages de souris de laboratoire.

Des semaines d’exposition plus tard, ils ont vu une hausse importante des molécules habituellement présentes dans des cas d’alzheimer dans le cerveau des rongeurs. Parmi celles-ci, on pouvait retrouver des facteurs inflammatoires et des protéines toxiques pour les neurones. Là encore, les effets les plus importants étaient concentrés chez les souris qui possédaient le gène APOE4.

Les particules étant d’une taille infime, il est possible qu’elles se soient directement rendues jusqu’au cerveau. Elles pourraient aussi s’accumuler dans les poumons et causer une inflammation systémique ayant des impacts nocifs sur le système nerveux.

La bonne nouvelle, c’est que cette étude offre une cible sur laquelle il serait facile d’agir. Si d’autres études confirment le lien entre la pollution et la démence, un resserrement des normes sur les microparticules dans l’air pourrait soulager notre système de santé d’un immense fardeau et éviter que des milliers de vies ne soient détruites par la maladie.



_________________
Mayanne
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum